QFP

1) Qu’est-ce que le cursus de master franco-allemand en histoire ?

Il s’agit d’un cursus de master sur deux ans offert, d’une part par l’Historisches Seminar de l’université d’Heidelberg, de l’autre, par l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris. Les étudiants passent en principe l’année de M1 dans l’université partenaire, et l’année de M2 dans l’université d’origine ; cependant, les étudiants peuvent demander des dérogations (avis du directeur de mémoire, séjours en archives dans l’autre pays en deuxième année, etc.).

2) Quelles connaissances linguistiques sont nécessaires pour intégrer ce cursus ?

Pour mener ce cursus avec succès, il est nécessaire de maîtriser et l’allemand et le français. Lorsqu’une des deux langues est la langue maternelle, on attend un niveau de langue C1 pour la seconde. Ces connaissances peuvent être prouvées par un certificat, ou vérifiées lors de l’entretien de candidature. On peut également mettre en avant sa participation antérieure à des séjours de longue durée dans le pays partenaire dans le cadre d’un stage ou d’un séjour étudiant à l’étranger. Lors du premier mois de l’année universitaire, il y a également la possibilité pour l’étudiant de participer à des cours de mise à niveau pour commencer l’année avec plus d’aisance.

3) Dois-je obligatoirement présenter un projet d’histoire franco-allemande ?

Il ne s’agit pas de travailler nécessairement autour de l’histoire franco-allemande. L’idée de ce cursus est de familiariser les étudiants avec les traditions méthodologiques et historiographiques franco-allemandes. Du point de vue du contenu, l’orientation donnée aux études dépend des choix que fera librement l’étudiant. Les séminaires proposés (dont certains obligatoires) à Heidelberg comme à l’EHESS permettent de se spécialiser dans toutes les périodes, de l’histoire ancienne à l’histoire du temps présent.

4) Quels avantages puis-je retirer de ce cursus, par rapport à d’autres ?

Dans nombre de cursus, il est difficile de faire un séjour à l’étranger sans que cela n’induise une interruption dans le parcours de l’étudiant (programmes nationaux différents, etc.), ce qui n’est pas le cas de notre programme, qui prévoit de fait un séjour d’une durée d’an dans l’institution partenaire. La langue de travail est à chaque fois la langue de l’université de séjour, ce qui garantit une maîtrise approfondie de la langue à l’issue du cursus, ainsi que pour le parcours futur de l’étudiant. Les groupes rassemblent Allemands et Français et l’ensemble des étudiants se retrouve deux fois par an au cours des ateliers, et forme un esprit de « promotion » convivial malgré la diversité des thèmes de recherche. Ainsi est garanti un transfert de compétences interculturelles. Les séjours dans l’autre université sont également financés par l’Université franco-allemande (voir plus bas).

5) Un cursus « orienté vers la recherche » ?

Le master franco-allemand offre une formation de très haut niveau en histoire, et permet aux étudiants l’apprentissage autonome de la recherche, comme dans le cadre de la thèse. Le choix des séminaires est l’occasion pour l’étudiant de forger son propre parcours selon ses centres et sujets d’intérêt. Avec le master franco-allemand, les étudiants travaillent dès l’année de M1 sur un projet de mémoire qui s’élabore sur deux ans. A l’EHESS, la rédaction d’un premier mémoire (M1) est demandée.

6) Qu’est-ce que l’ « aide à la mobilité » de l’Université franco-allemande ?

Le partenariat binational qu’est l’UFA soutient financièrement le master franco-allemand entre les universités partenaires. En plus de financer certains cours de langue (en début d’année), l’UFA offre aux étudiants lors de leur année de mobilité une aide de 230€ environ sur dix mois (2 300 €), cumulable avec d’autres types de financements.

7) Dois-je avoir une licence d’histoire pour candidater ?

Oui, car ce cursus est orienté vers la recherche en histoire et demande un certain socle de connaissances dans cette science : ne peuvent ainsi être acceptés que les étudiants avec une licence (ou Bachelor et diplôme équivalent) et au moins 50 % des crédits en histoire (ou encore un minimum de 70 ECTS). Si vous avez suivi un cursus de lettres et sciences humaines avec une importante partie historique, nous pouvons examiner votre candidature et déterminer si elle est recevable.

8) Comment candidater à ce cursus ?

Vous trouverez ici les différentes conditions d’admission et une liste des documents à fournir pour candidater :

http://www.uni-heidelberg.de/studium/interesse/faecher/geschichtswissenschaften.html#F

9) Quelles sont les différences si je choisis l’EHESS ou l’université de Heidelberg comme université d’origine ?

Durant les deux années, vous serez inscrit dans votre université d’origine et paierez par conséquent les frais d’inscriptions associés. Seront par conséquent déduits les frais d’inscriptions dans l’université partenaire. Dans les deux cas, la différence entre les frais est minime.

La soutenance orale du master s’effectue selon les principes de l’université d’origine. Pour les étudiants ayant l’EHESS pour institution d’origine, il est prévu une soutenance orale d’une heure portant sur le mémoire lui-même ; à Heidelberg, les étudiants font une « défense » du master d’une demi-heure et un court examen oral de trente minutes sur deux thèmes historiques différents de ceux choisis dans pour le mémoire de master.

10) Qu’est-ce que l’option « PhD-track » du programme ?

Juste après le master, les étudiants peuvent poursuivre en thèse l’orientation franco-allemande sous la forme d’une co-tutelle entre l’EHESS et Heidelberg. Une telle poursuite n’est cependant pas obligatoire pour l’ensemble des étudiants de master, et cette continuation est soumise en aval aux équipes pédagogiques. Il est bien entendu également possible à des étudiants ayant obtenu leur master en dehors de notre partenariat de participer au programme.

11) Je ne suis ni français ni allemand, puis-je participer ?

Bien sûr, le master franco-allemand n’est en aucun cas limité à la nationalité des étudiants. Néanmoins, il faudra attester des capacités linguistiques dans les deux langues. Il faut également préalablement obtenir l’autorisation de s’inscrire dans l’une ou l’autre des universités partenaires, avant d’intégrer le master franco-allemand.