Les institutions

L’Université d’Heidelberg, fondée en 1386, est la plus ancienne université d’Allemagne. Le Historisches Seminar a officiellement célébré en 2015 son 125e anniversaire, bien que la première chaire d’histoire à Heidelberg remonte au début du XIXe siècle. Depuis 2004, le Historisches Seminar fait partie du Centre des sciences historiques et culturelles européennes (Zentrum für Europäische Geschichts- und Kulturwissenschaften, ZGEK), en coopération avec les instituts/séminaires d’Histoire de l’art, de Musicologie et de Science de la religion. Le Séminaire d’Histoire ancienne et d’épigraphie est quant à lui rattaché au Centre des Sciences de l’antiquité (Zentrum für Altertumswissenschaften), mais est fortement lié dans le domaine de l’enseignement avec le Historisches Seminar, tout comme l’Institut d’Asie du Sud (Heidelberger Südasien-Institut, SAI). Avec un ensemble d’autres instituts, le Historisches Seminar fait partie de la Faculté de Philosophie (Philosophische Fakultät), qui possède le droit de délivrer le titre de docteur et de faire passer les examens d’État. Le Historisches Seminar est composé de différentes chaires : trois chaires d’Histoire médiévale et régionale ; quatre chaires d’Histoire moderne, contemporaine ou du temps présent, ainsi qu’une chaire d’Histoire sociale et économique, une d’Histoire américaine et une d’Histoire de l’Europe de l’Est. Le Historisches Seminar travaille en proche collaboration également avec l’École d’Études juives (Hochschule für Jüdische Studien) et participe de manière intensive à deux institutions essentiels de la recherche transdisciplinaire : le cluster d’excellence « Asia and Europe in a global context » et le SFB 933 « Materiale Textkulturen ».

ehess-300x300L’École des hautes études en sciences sociales, présidée depuis 2013 par l’historien-économiste Pierre-Cyrille Hautcœur, est née une première fois en 1947 en tant que 6e section de l’École Pratique des Hautes Études, à l’initiative de plusieurs historiens français dont les modernistes Lucien Febvre et Fernand Braudel. Elle a pris sa forme actuelle en 1975 en devenant un haut établissement de recherche et d’enseignement. Sa Mention Histoire se déploie précisément vers ces deux axes principaux, grâce notamment au format de cours du séminaire, un emprunt à la tradition allemande. La recherche repose sur l’activité de centres, de groupes, d’équipes, la plupart liés avec d’autres établissements de recherche comme le Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Le plus grand des laboratoires de l’EHESS en matière de recherche en histoire est le Centre de recherches historiques (CRH), dirigé par les enseignants-chercheurs Florian Brayard (directeur), Mathieu Marraud et Jean-Paul Zuniga (directeurs adjoints), qui regroupe près de 130 enseignants-chercheurs et chercheurs et accueille plusieurs centaines de doctorants.

Voir aussi
Site web de l’Université d’Heidelberg et du Historisches Seminar
Site web de l’EHESS